Yoburo

Archives

  • Pourquoi et comment prendre des pauses au travail ?

    Les pauses au travail sont loin d’être inutiles, bien au contraire, elles favorisent notre bien-être, notre efficacité et notre productivité. Dans cet article, Yoburo vous explique l’importance des pauses au travail et vous donne quelques conseils pour prendre des pauses efficaces.

    Pourquoi prendre des pauses au travail ?

    Les pauses contribuent à notre bien-être physique et mental. En effet, les pauses :
    • limitent les risques physiques tels que les troubles musculo-squelettiques ;
    • limitent les risques psychosociaux tels que le burnout et le stress au travail ;
    • réduisent la fatigue (visuelle, auditive ou générale) ;
    • améliorent la productivité, la créativité, la capacité d’attention et de concentration ;
    • aident à rythmer et à organiser les journées de travail ;
    • favorisent la socialisation en partageant des échanges informels avec les autres collaborateurs…

    Pour travailler sereinement et efficacement tout au long de la journée, il est donc essentiel de prendre des pauses pour se ressourcer et recharger ses batteries.

    Comment prendre des pauses au travail ?

    Pour des journées de travail paisibles et productives, vos pauses doivent vous déconnecter réellement de votre travail. Pour cela, nous vous recommandons de :

    Quitter votre poste de travail pendant vos pauses

    Changer de décors permet de vous déconnecter de votre travail afin de mieux vous ressourcer. Cela vous permet également de surmonter plus facilement les éventuels blocages et de gérer plus sereinement les moments de pression que vous pouvez rencontrer durant vos journées de travail. Idéalement, essayez de prendre vos pauses dans une salle de repos, de prendre l’air lorsque le temps s’y prête, etc.

    Prendre des pauses qui vous procurent du plaisir

    Pour vous détendre pleinement, profitez de vos pauses au travail pour vous faire plaisir !
    Cela peut être de laisser votre esprit vagabonder, de prendre l’air, de vous dépenser physiquement, de prendre une collation, de discuter avec vos collègues, etc.

    Vous ne savez pas comment vous occuper pendant vos pauses ? Yoburo vous propose 6 idées de pauses à faire au travail.

    Prendre des pauses qui répondent à vos besoins

    Pour que vos pauses soient véritablement efficaces, il faut que celles-ci répondent aux mieux à vos besoins. Pour cela, il est essentiel d’être à l’écoute de votre corps, vos sensations et émotions. Par exemple, si vous êtes stressé, vous pouvez prendre l’air ou faire des exercices de respiration pour relâcher la pression. Autre exemple, si vous êtes fatigué, vous pouvez faire une micro-sieste pour regagner en énergie…

    Quelques méthodes pour prendre des pauses efficaces au travail

    Dans cette partie, nous vous présentons 4 méthodes pour gérer et organiser vos temps de
    pause afin de pouvoir travailler à la fois sereinement et efficacement.

    La méthode « classique »

    Il s’agit de la pause la plus courante dans le monde du travail. Toutefois, cette technique de gestion du temps n’est pas forcément la plus efficace, surtout si votre travail est pénible ou demande beaucoup de concentration.

    Le principe de cette méthode : vous prenez deux pauses de 15 minutes par jour, une le matin et une autre l’après-midi (sans compter la pause du déjeuner).

    La méthode Pomodoro

    « Pomodoro » signifie « tomate » et fait référence au minuteur de cuisine en forme de tomate utilisé par son inventeur, Francesco Cirillo, pour développer cette technique de gestion du temps.

    Le principe de cette méthode : vous lancez un décompte de 25 minutes durant lequel vous travaillez sur une seule tâche. À la fin des 25 minutes, vous prenez une pause de 5 minutes avant de recommencer un nouveau cycle. Au bout de 4 cycles, vous vous accordez une pause plus longue de 15 à 30 minutes.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur cette méthode, n’hésitez pas à écouter notre podcast La méthode Pomodoro.

    La méthode 52/17

    Cette technique de gestion du temps a été développée par l’entreprise Draugiem Group en réalisant une étude sur la productivité de ses employés.

    Le principe de cette méthode : vous travaillez pendant 52 minutes, puis vous faites une pause de 17 minutes avant de recommencer un nouveau cycle.

    La méthode des sessions de 90 minutes

    Cette technique a été développée par le psychologue suédois Anderson Ericsson. Elle est fondée sur notre rythme ultradien, c’est-à-dire un rythme biologique qui suit des cycles de 90 minutes.

    Le principe de cette méthode : vous travaillez pendant 90 minutes, puis vous prenez une pause de 20 minutes avant de recommencer un nouveau cycle.

    Il existe beaucoup de méthodes pour organiser des temps de pause au travail… à vous de choisir celles qui vous correspondent le mieux !

    Pour conclure

    Les pauses au travail sont essentielles au bien-être physique et mental des collaborateurs, mais elles sont également nécessaires au bon fonctionnement et au bon développement des entreprises. En effet, pour les entreprises, les pauses au travail :
    • limitent les accidents de travail ;
    • renforcent l’esprit d’équipe des collaborateurs (meilleure cohésion, solidarité, empathie et
    entraide au sein de l’équipe) ;
    • améliorent la qualité du travail des collaborateurs ;
    • augmentent la productivité et l’efficacité des collaborateurs…

    La pause au travail est donc un véritable atout managérial pour les entreprises. En effet, en favorisant la qualité de vie au travail des collaborateurs, les entreprises améliorent et accroissent leur productivité.

    Vous êtes une entreprise et souhaitez améliorer les temps de pause de vos collaborateurs ? Yoburo peut vous accompagner dans cette démarche en vous proposant des conférences, des ateliers bien-être, et des activités physiques adaptés à vos besoins. Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Télétravail : 6 conseils pour avoir une alimentation saine et équilibrée

    Avoir de bonnes habitudes alimentaires en télétravail n’est pas toujours aisé. Pour certains, cela s’avère même être un véritable défi ! Dans cet article, Yoburo vous donne 6 conseils pour avoir une alimentation saine et équilibrée en télétravail.

    Prendre le temps de cuisiner

    Les plats préparés séduisent de nombreuses personnes pour leur côté pratique. Cependant, les aliments ultra-transformés sont à éviter, car ils sont souvent :
    • trop gras, trop salés et trop sucrés ;
    • pauvres en vitamines et minéraux essentiels ;
    • remplis d’additifs néfastes pour l’organisme…

    Cuisiner vos propres plats est le meilleur moyen d’avoir une alimentation saine et équilibrée, car vous contrôlez ce que vous consommez. Pour ne pas passer trop de temps en cuisine, n’hésitez pas à doubler les rations de vos plats lorsque vous cuisinez ! Cela vous permet d’avoir des restes à réchauffer pour plus tard.

    Cuire les aliments sainement

    La cuisson des aliments est aussi à prendre en compte pour cuisiner des plats sains et équilibrés. En effet, la cuisson rapide à haute température est à limiter, car elle dégrade les nutriments des aliments et peut même créer des substances toxiques pour l’organisme. Privilégiez la cuisson à la vapeur et à basse température.

    Planifier les repas de la semaine

    Planifier vos repas de la semaine vous permet de :
    ne jamais être en panne d’idées pour cuisiner vos repas et donc de limiter votre consommation de plats préparés ;
    varier les aliments que vous allez manger au cours de votre semaine ;
    cuisiner à l’avance vos plats prévus pour la semaine ;
    gagner du temps en faisant les courses une seule fois par semaine.

    Varier les aliments

    Pour avoir une alimentation saine et équilibrée en télétravail, il est important de varier votre alimentation. En consommant des aliments variés, vous donnez à votre corps tous les nutriments dont il a besoin pour être en forme et rester en bonne santé.

    Préparer des repas équilibrés

    Pour avoir une alimentation saine et équilibrée en télétravail, le Programme national nutrition santé (PNNS) recommande :

    Pour le petit-déjeuner :
    • un produit céréalier ;
    • un produit laitier ;
    • un fruit ;
    • une boisson pas trop sucrée.

    Pour le déjeuner et le diner :
    • une portion de légumes, de protéines et de féculents ;
    • un produit laitier ;
    • un fruit ;
    • de l’eau à volonté.

    Pour préparer votre déjeuner, n’hésitez pas à écouter notre podcast Pause dej : l’assiette anti coup de pompe.

    Pour la collation de l’après-midi :
    • une portion d’oléagineux ;
    • un fruit ;
    • facultatif : une petite portion de glucides.

    S’hydrater

    Pour avoir un bon équilibre alimentaire, il est également important de boire entre 1,5 et 2 litres de liquide par jour. En effet, un apport suffisant en liquide assure le bon fonctionnement du système digestif. De plus, cela permet de rester performant tout au long de la journée ! Lorsque vous télétravaillez, essayez de toujours avoir une boisson à vos côtés, afin de pouvoir boire régulièrement. Privilégiez l’eau et veillez à limiter votre consommation de café et de boissons sucrées.

    Pour conclure

    L’alimentation joue un rôle majeur dans notre bien-être physique et mental, c’est pourquoi il est essentiel d’adopter de bonnes habitudes alimentaires.
    Pour aider les collaborateurs en télétravail à avoir une alimentation saine et équilibrée, Yoburo propose aux entreprises une conférence dédiée à la nutrition en télétravail. Si vous êtes intéressé par cette conférence, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Le Qi Gong et ses bienfaits

    Le Qi Gong est une discipline issue de la médecine traditionnelle chinoise. C’est une activité physique douce et complète qui apporte de nombreux bienfaits au corps et à l’esprit.

    Dans cet article, Yoburo vous explique ce qu’est le Qi Gong et vous liste les bienfaits de cette pratique.

    Qu’est-ce que le Qi Gong ?

    Le Qi Gong est un art énergétique ancestral issu de la médecine traditionnelle chinoise. « Qi » signifie l’énergie et le souffle. « Gong » signifie le travail et la maîtrise. Le Qi Gong est donc le travail et la maîtrise de l’énergie, ainsi que du souffle.

    Le Qi Gong est une gymnastique douce et lente qui amène à un état de bien-être global.
    Cette discipline chinoise connecte et harmonise le corps et l’esprit.

    Le Qi Gong repose sur trois principes : « des mouvements du corps lents et détendus, des techniques de respiration synchronisées avec le geste, ainsi qu’une éducation à la concentration », explique l’Union Pro Qi Gong.

    Cette activité physique est accessible à tous et aucune condition physique préalable n’est nécessaire. Par contre, les femmes enceintes doivent éviter de pratiquer certains exercices demandant des contractions musculaires et respirations soutenues.

    Quels sont les bienfaits de cette activité physique ?

    Le Qi Gong apporte de nombreux bienfaits au corps, à l’esprit et à la santé.

    Pour le corps, le Qi Gong :
    • améliore la souplesse et l’équilibre ;
    • renforce les muscles et tonifie le corps ;
    • améliore les capacités respiratoires ;
    • aide à la préparation du corps pour des exercices physiques intenses ;
    • aide à avoir une meilleure récupération après un effort physique intense…

    Pour l’esprit, le Qi Gong :
    • relaxe et aide à lutter contre le stress ainsi que l’anxiété ;
    • aide à mieux gérer ses émotions ;
    • aide à vivre pleinement l’instant présent ;
    • favorise la concentration, la disponibilité, la créativité…

    Pour la santé, le Qi Gong :
    • renforce les fonctions immunitaires de l’organisme ;
    • diminue les risques de diabète, d’hypertension et de douleurs chroniques ;
    • prévient l’apparition de certaines maladies…

    Le Qi Gong est solution sport santé très simple à mettre en place en entreprise pour améliorer le bien-être des collaborateurs.

    Vous êtes intéressé par cette pratique ? Yoburo propose des séances de Qi Gong adaptées aux besoins de chaque entreprise. N’hésitez plus, et testez une séance avec l’un de nos coachs sportifs !

  • Comprendre et prévenir les troubles musculo-squelettiques (TMS)

    L’activité professionnelle joue souvent un rôle dans la survenue, le maintien et l’aggravation des troubles musculo-squelettiques. Dans cet article, Yoburo vous aide à comprendre et à prévenir ces maladies professionnelles.

    Qu’est-ce que les troubles musculo-squelettiques ?

    Définition

    Les troubles musculo-squelettiques (TMS) « regroupent des affections touchant les structures situées à la périphérie des articulations : muscles, tendons, nerfs, ligaments, bourses séreuses, capsules articulaires, vaisseaux, etc. Les TMS résultent d’un déséquilibre entre les capacités physiques du corps et les sollicitations et contraintes auxquelles il est exposé. » (définition de l’Assurance Maladie.)

    Le dos, le cou, les poignets, les épaules, les coudes et les genoux sont les parties du corps les plus fréquemment touchées par les TMS (syndrome du canal carpien, épicondylite, syndrome de la coiffe des rotateurs, lombalgies, cervicalgies…).

    Aujourd’hui, beaucoup de TMS sont reconnus comme étant des maladies professionnelles, car l’activité professionnelle est souvent la cause principale de ces affections.

    Symptômes des TMS

    Les symptômes des troubles musculo-squelettiques dépendent de la nature du TMS et de la partie du corps touchée. Voici les principaux premiers symptômes de ces maladies professionnelles :
    • sensation de gêne ;
    • douleurs ;
    • raideur articulaire ;
    • rougeurs et gonflements ;
    • troubles circulatoires ;
    • picotements et engourdissements ;
    • diminution de la souplesse, de la force, de la dextérité…

    Évolution des troubles musculo-squelettiques

    Les TMS évoluent progressivement. Cette évolution peut être divisée en 3 stades :

    1. Stade initial : les désagréments apparaissent durant une activité exercée régulièrement, mais ils disparaissent au repos.

    2. Stade intermédiaire : les désagréments apparaissent rapidement durant une activité exercée régulièrement et mettent plus de temps à disparaître au repos.

    3. Stade de pathologie avérée : les désagréments deviennent chroniques et persistent durant d’autres activités et au repos. Les symptômes évoluent et deviennent plus spécifiques à la nature du TMS.

    Quels facteurs favorisent l’apparition des TMS ?

    Généralement, les troubles musculo-squelettiques découlent d’une combinaison de plusieurs facteurs de risques.
    Voici les 5 principaux facteurs :

    Biomécaniques : gestes contraignants (torsion du poignet, flexion et extension des coudes et des genoux, etc.), postures contraignantes (travail accroupi, penché, statique, etc.), répétition fréquente de mêmes gestes, port de charges lourdes…

    Environnementaux : le froid et la chaleur, l’exposition aux vibrations (conduite d’engins, utilisation d’outils vibrants, etc.), le bruit, la qualité de l’éclairage…

    Psychosociaux : mauvaise relation au travail, manque d’entraide entre les collaborateurs, exigences émotionnelles importantes, manque de reconnaissance professionnelle, travail complexe, tâches dépourvues de sens…

    Organisationnels : contraintes de temps (délais de réalisation trop courts, rythme de travail trop soutenu, etc.), travail répétitif et monotone, manque de contrôle et d’autonomie…

    Individuels : âge, antécédents familiaux, santé (diabète, surpoids, etc.), hygiène de vie (tabagisme, absence d’activité sportive, quantité de sommeil, etc.)…

    Quelles sont les conséquences des troubles musculo-squelettiques ?

    Les TMS peuvent avoir des conséquences négatives pour les collaborateurs, mais aussi pour les entreprises.

    Pour les collaborateurs :
    • dégradation de la santé et de la qualité de vie : gênes et douleurs fréquentes, réduction des capacités physiques, perte d’autonomie, risque de handicap…
    • dégradation de la vie professionnelle : évolution professionnelle difficile, risque d’inaptitude et de désinsertion…

    Pour les entreprises :
    • augmentation des incidents et accidents de travail ;
    • augmentation de l’absentéisme et du turnover ;
    • démotivation des collaborateurs ;
    • diminution de la productivité et de la qualité du travail ;
    • désorganisation du travail ;
    • dégradation des relations sociales ;
    • dégradation de l’image de l’entreprise…

    Comment prévenir les TMS en entreprise ?

    Voici quelques pistes pour prévenir les risques de troubles musculo-squelettiques au sein d’une entreprise :

    Identifier les facteurs responsables de TMS.
    Réaliser un diagnostic permet d’identifier et de comprendre les risques de TMS actuels ou potentiels au sein de l’entreprise.

    Agir sur les facteurs responsables de troubles musculo-squelettiques.
    Après avoir identifié les facteurs favorisant les TMS, il est nécessaire de mettre en place des solutions pour éliminer ou limiter ces risques professionnels. Pour améliorer les conditions de travail des collaborateurs, l’entreprise peut, par exemple, aménager les postes de travail, fournir des équipements adaptés et ergonomiques, modifier l’organisation du travail…

    Informer et former les collaborateurs sur les risques de TMS.
    Proposer aux collaborateurs des conférences et formations sur les troubles musculo-squelettiques.

    Proposer des activités physiques et ateliers bien-être.
    Pour prévenir les TMS, l’entreprise peut proposer des activités physiques et des ateliers bien-être adaptés aux postes de travail des collaborateurs. Des séances de réveil musculaire, d’échauffements, d’étirements, des ateliers pour apprendre à réaliser les bons gestes et avoir les bonnes postures au travail… contribuent à améliorer la santé physique et mentale des collaborateurs.

    Dialoguer avec les collaborateurs pour améliorer les conditions de travail.
    Un collaborateur heureux et en bonne santé est un collaborateur performant.

    Évaluer l’efficacité des solutions de prévention.
    Après avoir mis en place des solutions pour prévenir les TMS en entreprise, il est nécessaire d’évaluer si celles-ci sont véritablement efficaces.

    Pour conclure

    Pour lutter contre les troubles musculo-squelettiques, de nombreuses solutions de prévention santé peuvent être mises en place en entreprise. En améliorant les conditions et la qualité de vie au travail des collaborateurs, l’entreprise améliore et accroît en même temps sa productivité.

    Pour prévenir et limiter les TMS, Yoburo propose aux entreprises de nombreuses solutions santé :
    • Des activités physiques et ateliers bien-être : réveil musculaire, étirements, échauffements, atelier Gestes et Postures, atelier pour apprendre à soulager son dos…
    • Des conférences : se prémunir des troubles musculo-squelettiques et adopter la bonne posture au travail.
    • Une formation des référents en interne
    • Des évènements Safety Day ou journées QVT.

    Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Méditation et sophrologie : quelles différences ?

    Méditation ou sophrologie ? Il n’est pas toujours évident de distinguer ces 2 méthodes de relaxation et de bien-être. Pourtant, elles ont de grandes différences ! Dans cet article, Yoburo vous aide à différencier ces 2 pratiques.

    Qu’est-ce que la méditation et la sophrologie ?

    La méditation de pleine conscience

    La méditation est un entraînement de l’esprit qui amène à un état de pleine conscience : notre attention est focalisée sur le moment présent. En effet, la méditation permet de vivre pleinement l’instant présent en accueillant, sans jugement et sans attente, nos pensées, nos émotions, nos sensations, mais aussi en accueillant l’environnement qui nous entoure. La méditation de pleine conscience a été inventée dans les années 70 par le biologiste américain Jon Kabat-Zinn.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur cette pratique, Yoburo vous invite à lire les articles suivants : Focus sur… la méditation ! et Musclez votre esprit grâce à la méditation.

    La sophrologie

    La sophrologie est « un entraînement psychophysique de la conscience, basé sur la perception positive de notre monde intérieur ainsi que sur le développement d’une relation positive avec le monde extérieur » (définition de Natalia Caycedo, psychiatre, sophrologue et fille du fondateur de la sophrologie). Cette pratique permet de faire un travail sur soi en développant une conscience sereine et en optimisant ses capacités individuelles. La sophrologie a été inventée dans les années 60 par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur cette pratique, Yoburo vous invite à lire les articles suivants : Focus sur… la sophrologie ! et La sophrologie au bureau : comment mieux gérer son stress ?

    Quelles sont les différences entre la méditation et la sophrologie ?

    Voici les 3 principales différences entre la méditation et la sophrologie :

    Une approche différente

    La méditation de pleine conscience est une méthode qui se base essentiellement sur l’observation. En effet, lors d’une séance de méditation, il est important de porter une grande attention au moment présent ainsi que d’observer et d’accueillir, sans jugement, nos pensées, émotions et sensations.
    La sophrologie, quant à elle, se base essentiellement sur la visualisation positive. En effet, la sophrologie utilise la visualisation pour pouvoir se projeter positivement dans des situations de vie.

    Une temporalité différente

    Le principe de la méditation est de se focaliser uniquement sur l’instant présent pour se libérer des pensées qui nous envahissent quotidiennement (ruminations, anticipations, etc.). Contrairement à la méditation, la sophrologie ne s’arrête pas qu’au moment présent. Elle se tourne aussi vers le passé et le futur. La visualisation dans le futur permet de se projeter pour avancer vers nos objectifs personnels, tandis que la visualisation dans le passé permet d’avoir un regard plus positif sur nos expériences passées.

    Une autonomie différente

    La méditation peut se pratiquer seul(e), même s’il existe des méditations guidées pour apprendre cette méthode. À l’inverse, la sophrologie est une pratique qui est toujours guidée par un(e) sophrologue.

    Pour conclure

    La méditation et la sophrologie sont des pratiques différentes, mais complémentaires. En entreprise, ces 2 méthodes de relaxation et de bien-être améliorent la santé mentale des collaborateurs et collaboratrices. La santé mentale est « un état de bien-être qui permet à chacun de réaliser son potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, de travailler avec succès et de manière productive et d’être en mesure d’apporter une contribution à la communauté » (définition de l’OMS).

    Yoburo propose aux entreprises des séances de sophrologie et de méditation. Nous nous adaptons à vos conditions, vos envies et vos besoins pour vous offrir des ateliers bien-être sur mesure ! Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • La fatigue visuelle

    Avec nos modes de vie actuels, il est difficile d’échapper à la fatigue visuelle. Mais concrètement, qu’est-ce que la fatigue visuelle ? Quels sont les symptômes et les causes de ce trouble ?
    Dans cet article, Yoburo vous explique cela en détail !

    Qu’est-ce que la fatigue visuelle ?

    La fatigue oculaire est une altération temporaire du fonctionnement de l’œil. Cette altération résulte d’un effort excessif des yeux. En effet, tout comme les autres muscles de notre corps, lorsque l’on sollicite trop nos muscles oculomoteurs, cela entraîne une fatigue ainsi que d’autres désagréments.

    Quels sont les symptômes de la fatigue oculaire ?

    Voici les principaux symptômes de la fatigue visuelle :
    • baisse de la vue au cours de la journée (vision floue ou dédoublée) ;
    • difficultés d’accommodation de la vue ;
    • sensation d’éblouissement ;
    • yeux secs, rouges et irrités ;
    • sensation de brûlure ou de picotement dans les yeux ;
    • maux de tête ;
    • douleurs autour des yeux…

    Quelles sont les causes de la fatigue visuelle ?

    Voici les principales causes de la fatigue oculaire :
    • une exposition trop prolongée aux écrans ;
    • la fixation d’un même point pendant longtemps et à courte distance ;
    • une mauvaise luminosité ambiante (un excès de luminosité ou, au contraire, une trop faible luminosité) ;
    • le manque de sommeil ;
    • un équipement optique (lunettes de vue et lentilles) inadapté au trouble visuel ;
    • la fumée de cigarette ;
    • la lecture prolongée…

    Pour conclure

    Au quotidien, la fatigue visuelle peut s’avérer inconfortable, voire douloureuse. Elle peut également affecte négativement nos performances au travail. En effet, la fatigue oculaire entraîne des difficultés de concentration, de compréhension, d’attention… Prendre soin de ses yeux est donc essentiel pour notre bien-être et notre productivité !

    Pour prévenir et limiter la fatigue visuelle au travail, Yoburo vous propose :
    • un atelier bien-être dédié au yoga des yeux ;
    • un podcast : Lâcher l’écran ! 3 exercices pour reposer ses yeux ;
    • un article : Limiter la fatigue oculaire

  • 6 conseils pour bien dormir

    À l’occasion de la 22e Journée internationale du sommeil, Yoburo vous donne 6 conseils simples et efficaces pour bien dormir !

    Avoir un rythme de sommeil régulier

    Se coucher et se lever approximativement à la même heure tous les jours régularise votre horloge biologique et vous permet d’avoir un sommeil de qualité.

    Créer un environnement propice au sommeil

    Pour dormir dans des conditions optimales, nous vous recommandons :
    • d’avoir une literie agréable et confortable ;
    • de dormir dans l’obscurité et dans le calme ;
    • d’aérer votre chambre tous les jours ;
    • d’avoir une température entre 16 °C et 18 °C dans votre chambre.

    Éviter les écrans le soir

    La lumière bleue des écrans perturbe la sécrétion de mélatonine, c’est-à-dire l’hormone qui favorise l’endormissement. Pour bien dormir, il est donc conseillé de ne pas regarder d’écrans 1 à 2 heures avant votre coucher.

    Pratiquer une activité physique régulière

    Exercer une activité physique régulière favorise l’endormissement et améliore la qualité du sommeil. En revanche, veillez à ne pas exercer d’activité sportive intense 2 à 3 heures avant votre coucher pour ne pas perturber et nuire à votre sommeil. En effet, en pratiquant une activité physique intense, vous augmentez votre température corporelle et sécrétez des hormones qui vous maintiennent éveillé.

    Diner sain et équilibré

    Votre alimentation a également un impact sur votre sommeil. Pour bien dormir, nous vous recommandons :
    • de ne pas sauter le dîner pour éviter les fringales nocturnes ;
    • d’éviter de diner des plats trop copieux, épicés et riches en protéines pour faciliter votre digestion ;
    • de ne pas consommer de stimulants (café, thé, chocolat, alcool, tabac, etc.) 6 heures avant votre coucher ;
    • de dîner 2 voire 3 heures avant votre coucher, car lors de la digestion votre température corporelle augmente, ce qui altère votre sommeil.

    Faire des activités calmes et relaxantes en fin de journée

    Après une journée bien remplie, il est important de se détendre et de lâcher-prise. Lire un livre, écouter un podcast, faire des exercices de respiration ou bien encore méditer sont d’excellents moyens pour se relaxer et favoriser le sommeil.

    Pour conclure

    En appliquant quotidiennement ces quelques conseils, vous tomberez dans les bras de Morphée facilement et aurez un sommeil de qualité !
    Vous êtes une entreprise et souhaitez prendre soin du sommeil de vos collaborateurs ?
    Yoburo peut vous accompagner dans cette démarche en vous proposant des activités physiques, des ateliers bien-être et des conférences adaptés à vos besoins.

    Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Yoburo x Ripayon : préparez votre pause bien-être

    Faire du sport ou un atelier bien-être pendant la pause déjeuner est recommandé, mais les collaborateurs prennent-ils le temps de bien manger avant de reprendre leurs fonctions ?

    Yoburo et Ripayon ont décidé d’unir leurs savoir-faire pour vous offrir une expérience exceptionnelle : faîtes profiter vos équipes d’une activité sportive ou d’un atelier bien-être au choix au bureau, suivi d’un déjeuner sain à partager.  

    Une opportunité de découvrir diverses activités d’une heure, parmi celles dispensées par nos coachs : du yoga, du pilates, du renforcement, ou plutôt des ateliers de 30 minutes comme de la posturologie, du yoga des yeux ou encore de la relaxation

    Pour joindre l’utile à l’agréable, un menu sain (entrée-plat-dessert), zéro déchet et cuisiné le jour même par les équipes de Ripayon fera suite aux activités. Vous pouvez le choisir selon 3 choix dans chaque catégorie, ou tester la composition élaborée spécialement pour l’occasion (avec le sigle RxY sur les photos). 

    Une combinaison idéale qui permet une pause bien-être de qualité sans se prendre la tête ! Bon pour le corps et bon pour l’esprit.

    L’offre est disponible jusqu’au 1er avril, à partir de 6 personnes. 
    Pour plus d’informations : https://www.ripayon.com/pages/pause-bien-etre

  • Travail sur écran – comment avoir une posture ergonomique ?

    L’ergonomie améliore le confort et préserve la santé des collaborateurs. Dans cet article, Yoburo vous donne quelques conseils pour aider les collaborateurs à avoir une posture ergonomique adaptée au travail sur écran. Ces conseils sont valables aussi bien en entreprise qu’en télétravail.

    Équiper les collaborateurs avec du matériel ergonomique

    Le matériel ergonomique apporte un confort aux collaborateurs travaillant quotidiennement assis et devant un écran : amélioration de la posture, diminution des risques de troubles musculo-squelettiques, réduction de la fatigue, etc. De plus, en travaillant avec du matériel adapté et confortable, les collaborateurs sont plus performants et efficaces dans leur travail.

    Voici quelques recommandations pour choisir le matériel ergonomique indispensable pour aménager un poste de travail sur écran :

    Le bureau

    Il doit être choisi en fonction des critères suivants :

    La hauteur du bureau doit être adaptée à la taille du collaborateur pour qu’il puisse adopter une posture ergonomique. Pour limiter la position statique, il existe des bureaux assis-debout permettant d’alterner entre la position assise et la position debout.

    Le bureau doit être suffisamment large pour que le collaborateur puisse mettre tout le matériel dont il a besoin pour exercer son travail dans de bonnes conditions (clavier, souris, écran, documents, téléphone, etc.).

    La chaise
    Elle doit être choisie en fonction des critères suivants :

    Le dossier, l’assise et les accoudoirs de la chaise doivent être réglables. Ces réglages permettent au collaborateur d’avoir une posture assise ergonomique.

    La profondeur de la chaise doit permettre au collaborateur d’appuyer le bas de son dos sans que le bord de la chaise exerce une pression derrière ses genoux.

    La surface de la chaise doit être confortable et fabriquée avec des matériaux respirants afin de limiter l’accumulation de chaleur et d’humidité.

    L’écran

    Il doit être choisi en fonction des critères suivants :

    L’inclinaison, la rotation et la hauteur de l’écran doivent être réglables. En effet, pour limiter les douleurs musculaires, un écran doit toujours être ajusté à son utilisateur.

    La taille et la résolution de l’écran doivent être adaptées aux tâches du collaborateur. Par exemple, un collaborateur travaillant dans la bureautique n’aura pas forcément besoin d’un grand écran et d’une très haute résolution, contrairement à un collaborateur travaillant dans l’infographie.


    Le clavier et la souris

    Ils doivent être choisis en fonction des critères suivants :

    Le clavier doit être dissocié de l’écran pour ne pas entraîner une fatigue inutile au niveau des avant-bras.

    La surface du clavier doit être mate pour éviter les reflets.

    L’épaisseur du clavier ne doit pas excéder 3 cm pour limiter l’extension des poignets.

    La taille et la forme de la souris doivent être adaptées aux mains de l’utilisateur. Les souris verticales sont à privilégier, car elles permettent d’avoir une position plus naturelle de l’avant-bras.

    Une souris sans fil apporte plus de confort à l’utilisateur. 


    Aménager de façon ergonomique les postes de travail sur écran

    Pour que les collaborateurs puissent profiter pleinement du matériel ergonomique, il est essentiel d’aménager convenablement les postes de travail sur écran en prenant en compte les caractéristiques physiques de chaque collaborateur (correction visuelle, taille, etc.).

    Voici les principales recommandations de l’INRS pour aménager de façon ergonomique un poste de travail informatisé :

    • La hauteur de la chaise doit être ajustée à la taille du collaborateur afin qu’il puisse poser fermement ses pieds sur le sol. Le dossier de la chaise doit maintenir son dos droit ou légèrement en arrière. La hauteur des accoudoirs doit permettre au collaborateur de positionner ses coudes à 90°.

    • La surface du bureau doit être à la hauteur des coudes du collaborateur. 


    • L’écran doit se trouver en face du collaborateur. Le haut de l’écran doit arriver à la hauteur de ses yeux, sauf s’il porte des verres progressifs. Dans ce cas, l’écran doit être positionné un peu plus bas. La distance œil-écran dépend de la taille de l’écran. Généralement, elle situe entre 50 et 70 cm. Pour améliorer le confort visuel, les paramètres d’affichage de l’écran (luminosité, taille et contraste du texte) doivent également être ajustés en fonction de la vue et des préférences du collaborateur.

    • Le clavier doit se situer en face du collaborateur et se trouver à une distance de 10 à 15 cm du bord du bureau.

    • La souris doit être proche du clavier et se situer à la même hauteur que celui-ci.

    Aider les collaborateurs à prendre de bonnes habitudes pour avoir une posture ergonomique

    Pour aider les collaborateurs à acquérir de bonnes habitudes pour avoir une posture ergonomique au travail, les entreprises peuvent :

    Proposer des formations et conférences sur le thème de l’ergonomie au travail

    Ces formations et conférences peuvent aider les collaborateurs à mieux comprendre l’importance de l’ergonomie au travail, à savoir aménager un poste de travail de façon ergonomique, à adopter les bons gestes et les bonnes postures, etc.

    Yoburo propose aux entreprises 2 conférences dédiées à l’ergonomie au travail : • Se prémunir des troubles musculo-squelettiques.
    • Adopter la bonne posture au travail.
    Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

    Organiser des ateliers bien-être ergonomiques
 


    Ces ateliers bien-être permettent de répondre aux problématiques de sédentarité et de mauvaises postures des collaborateurs travaillant quotidiennement assis et devant un écran.

    Yoburo propose aux entreprises des ateliers bien-être dédiés à l’ergonomie : posturologie, exercices pour soulager le dos, yoga des yeux, yoga sur chaise

    Pour conclure

    L’ergonomie permet d’améliorer la qualité de vie au travail des collaborateurs. En contribuant au bien-être des collaborateurs, l’entreprise limite les risques d’absentéisme et de turnover, améliore la motivation, les performances et la productivité des collaborateurs.

  • 6 idées de pauses à faire au travail

    S’accorder des pauses au travail améliore notre bien-être, notre vitalité, notre productivité… Dans cet article, Yoburo vous propose 6 idées de pauses à faire quotidiennement au travail.

    Pratiquer une activité physique

    Faire du sport est un excellent moyen pour avoir une vraie pause durant sa journée de travail. En effet, pratiquer une activité physique permet de décompresser, de se changer les idées et de faire le plein d’énergie. De plus, le sport apporte de nombreux bienfaits au corps et à l’esprit : maintient en forme, apporte une sensation de bien-être, réduit le stress, améliore les performances physiques et mentales…

    Yoburo propose des activités sportives variées et adaptées aux besoins des entreprises : circuit training, stretching, cardio-boxing, Taï-Chi, renforcement musculaire, Qi Gong, yoga, Pilates


    Se relaxer

    Il existe de nombreuses méthodes pour se relaxer au travail :

    • La méditation de pleine conscience
    La méditation est une pratique permettant de prendre pleinement conscience de son corps, de ses sensations, de son environnement et de l’instant présent. La méditation détend, diminue le stress, augmente les capacités d’attention et de concentration…

    Si vous souhaitez en savoir plus sur cette pratique, Yoburo vous invite à lire les articles suivants : Focus sur la méditation ! et Musclez votre esprit grâce à la méditation.

    • La sophrologie

    La sophrologie possède de nombreux points communs avec la méditation. La grande différence entre ces deux pratiques est que la sophrologie ne s’arrête pas à l’instant présent, elle se tourne aussi vers le passé et le futur. De plus, la sophrologie est davantage guidée.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur cette pratique, Yoburo vous invite à lire les articles suivants : Focus sur la sophrologie ! et La sophrologie au bureau : comment mieux gérer son stress ?

    Les exercices de respiration

    Les exercices de respiration apportent un état de bien-être et réduisent le stress. Ce sont des exercices simples et efficaces pour se détendre et pour relâcher la pression liée au travail.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur cette pratique, Yoburo vous invite à :
    – lire notre article : 3 exercices simples de respiration.
    – visionner notre vidéo : Exercices de respiration pour se détendre avant une réunion importante.
    – écouter notre podcast : Coup de stress : la respiration idéale pour retrouver son calme.

    Le yoga sur chaise
    Cette pratique relaxe et évacue les tensions du quotidien. Elle améliore également notre posture et notre mobilité. Les postures du yoga sur chaise sont très faciles à reproduire le temps d’une pause au bureau.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur cette pratique, Yoburo vous invite à lire les articles suivants : Focus sur… le yoga sur chaise ! et Yoga sur chaise – il est urgent de s’asseoir !

    Yoburo propose de nombreux ateliers bien-être en entreprise : exercices de respiration, auto- massage, yoga sur chaise, sophrologie, méditation, yoga des yeux… Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

    Lire

    Lire est une activité idéale pour se détendre et s’évader le temps d’une pause. De plus, lire stimule le cerveau, diminue le stress, améliore la mémoire, l’attention, la concentration…

    Faire des micro-siestes

    En cas de coup de mou au travail, les micro-siestes sont idéales pour regagner en énergie ! Pour être efficaces, les micro-siestes doivent se faire dans un endroit calme et ne pas dépasser les 20 minutes. En plus d’être reposantes, les micro-siestes réduisent le stress, améliorent l’attention, augmentent la productivité, diminuent la pression artérielle, rééquilibrent le fonctionnement du système nerveux…


    Prendre l’air 
 


    Prendre l’air permet de changer d’environnement et de décompresser. De plus, faire une pause en extérieur aide à diminuer le stress et l’anxiété, se ressourcer, gagner en vitalité…

    Échanger avec les autres collaborateurs

    Faire des pauses avec ses collègues est aussi un excellent moyen pour se changer les idées. Cela permet d’avoir des échanges informels, de créer des liens sociaux et d’avoir une bonne cohésion d’équipe.

    Pour conclure

    Il existe énormément de façons de faire des pauses au travail… à vous de choisir celles qui vous correspondent le mieux !