Yoburo

QVT

  • Les risques psychosociaux en entreprise (RPS)

    Qu’est-ce que les risques psychosociaux ?

    Selon le Code du travail numérique, les risques psychosociaux sont « des risques liés à l’environnement professionnel qui portent atteinte à la santé physique et mentale des travailleurs. Ils sont à l’interface de l’individu (psycho) et de sa situation de travail (social) ».

    Les risques psychosociaux (RPS) se manifestent dans des contextes professionnels où l’on rencontre, de manière combinée ou non :
    • du stress : un déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes de son environnement de travail et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face (manque de moyens, charge de travail excessive, délais serrés…).
    des violences internes : des actes exercés contre un ou plusieurs salariés par des personnes de l’entreprise (harcèlement moral ou sexuel, conflits, mise à l’écart…).
    des violences externes : des actes commis à l’encontre des salariés par des individus extérieurs à l’entreprise (insultes, menaces, agressions, incivilités…).

    À savoir : Les RPS peuvent affecter toutes les entreprises, indépendamment de leur taille et de leur secteur d’activité. De plus, tous les salariés, quel que soit leur sexe, leur âge, leur métier ou leur position hiérarchique, peuvent être exposés aux risques psychosociaux.

    RPS

    Quels sont les principaux facteurs de risques psychosociaux ?

    Les facteurs à l’origine des risques psychosociaux sont regroupés en 6 catégories.

    Intensité et temps de travail

    Cette catégorie englobe les exigences psychologiques et les efforts requis dans le cadre professionnel. Elle inclut également la pression liée à des charges de travail élevées et à des périodes d’activité prolongées.
    Exemples : surcharge de travail, interruptions fréquentes, objectifs irréalistes ou flous, longues journées de travail, horaires de travail atypiques ou imprévisibles, instructions contradictoires…

    Exigences émotionnelles

    Certains métiers exigent une gestion constante des émotions, telle que la compassion ou la résilience face à des situations difficiles.
    Exemples : contact avec la souffrance ou la détresse humaine, obligation de sourire, exigence de devoir dissimuler ses émotions…

    Manque d’autonomie

    Il s’agit du sentiment de ne pas être pleinement acteur de son travail, de ressentir un manque de contrôle sur ses tâches et d’avoir une capacité limitée à prendre des décisions.
    Exemples : marges de manoeuvre limitées pour réaliser des tâches, contraintes de rythme de travail, sous-utilisation des compétences professionnelles, impossibilité de participer aux prises de décision…

    Conflits de valeurs

    Les conflits de valeurs surviennent lorsque les convictions personnelles, sociales et professionnelles d’un individu entrent en discordance avec celles de l’entreprise ou de ses collègues.
    Exemples : absence de fierté pour son travail, sentiment de réaliser un travail dénué de sens…

    Insécurité de la situation de travail

    Cette catégorie englobe toutes les inquiétudes liées à la stabilité professionnelle, incluant à la fois l’insécurité socio-économique et le risque de changements non maîtrisés dans la nature des tâches professionnelles et des conditions de travail.
    Exemples : crainte de perdre son emploi, maintien incertain du niveau de salaire, contrat de travail précaire, restructurations, incertitudes quant à l’avenir de sa profession…

    Quelles sont les conséquences des RPS ?

    Conséquences pour les collaborateurs

    Problèmes physiques : Les RPS peuvent entraîner divers troubles tels que des difficultés à dormir, des maux de tête, des troubles musculo squelettiques, des maladies cardiovasculaires…
    Problèmes de santé mentale : Les risques psychosociaux contribuent au développement de troubles mentaux tels que le stress, l’anxiété, la dépression, voire des tendances suicidaires.
    Épuisement professionnel (burnout) : Les conditions de travail stressantes et les pressions constantes peuvent conduire les collaborateurs à l’épuisement professionnel.
    Difficultés relationnelles : Les tensions au travail peuvent engendrer des problèmes relationnels avec les collègues et la hiérarchie, mais aussi à la maison, impactant la vie personnelle des collaborateurs.
    Réduction de la satisfaction au travail : Des conditions de travail défavorables conduisent à une diminution de la satisfaction au travail, affectant l’épanouissement professionnel des salariés.

    Conséquences pour les entreprises

    Diminution de la productivité : Des salariés confrontés à des RPS sont moins productifs en raison de la fatigue mentale, d’une baisse de motivation et d’une implication moindre dans leurs responsabilités professionnelles.
    Baisse de la créativité et de l’innovation : Les risques psychosociaux créent un climat peu propice à l’émergence d’idées novatrices, limitant ainsi le potentiel créatif des collaborateurs.
    Absentéisme et rotation du personnel : Les salariés confrontés à des RPS sont plus susceptibles de s’absenter pour des raisons de santé et peuvent chercher des environnements de travail plus sains, entraînant un taux élevé de rotation du personnel.
    Détérioration de l’image de l’entreprise : Les risques psychosociaux peuvent nuire à la réputation de l’entreprise, tant en interne qu’en externe. Cela peut avoir des répercussions néfastes sur la perception des investisseurs, l’attraction de talents, ainsi que sur la fidélité des collaborateurs et des clients.

    Vous souhaitez prévenir les risques psychosociaux au sein de votre entreprise pour améliorer la qualité de vie au travail de vos collaborateurs ? Yoburo peut vous accompagner dans cette démarche en vous proposant un programme QVCT sur mesure. Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

    Comment prévenir les risques psychosociaux ?

    Ci-dessous, vous trouverez quelques conseils pour prévenir au mieux les risques psychosociaux au travail.

    Donner du sens au travail

    Donner du sens au travail de vos collaborateurs est essentiel pour prévenir les RPS. En effet, les collaborateurs qui appréhendent positivement leur travail connaissent un épanouissement professionnel renforcé, percevant leurs tâches comme utiles et cohérentes avec leurs aspirations et leurs valeurs. Un travail imprégné de sens consolide l’estime de soi, intensifie la motivation et cultive le sentiment d’appartenance des collaborateurs.

    Voici quelques pistes d’action à mettre en place pour donner du sens au travail de vos collaborateurs :

    Impliquer vos collaborateurs aux projets de l’entreprise : co-construire les projets de l’entreprise avec eux, leur assigner des rôles et des objectifs permettant une utilisation optimale de leurs compétences, les tenir informés des avancées et des progrès de l’entreprise, etc.
    Développer l’autonomie de vos collaborateurs : les responsabiliser, les encourager à prendre des initiatives et à participer aux prises de décision, etc.
    Favoriser le développement des compétences de vos collaborateurs : proposer des formations professionnelles, favoriser l’évolution de carrière, encourager la polyvalence, etc.
    Avoir de la reconnaissance pour le travail de vos collaborateurs : soutenir les efforts et valoriser le potentiel de chacun, exprimer régulièrement des retours positifs sur l’impact des actions de vos collaborateurs sur le développement de l’entreprise…

    Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à lire notre article Donner du sens au travail des collaborateurs.

    Favoriser l’équilibre vie professionnelle et personnelle

    Favoriser l’équilibre entre la vie professionnelle et personnelle est un levier majeur pour prévenir les risques psychosociaux, car cet équilibre est essentiel au bien-être des collaborateurs. En effet, un travail qui empiète trop sur la vie privée de vos collaborateurs peut avoir des conséquences néfastes sur leur santé mentale et leurs performances professionnelles (anxiété, stress, troubles de l’humeur, insomnies, burnout, baisse de productivité, démotivation, etc.).

    Pour faciliter la conciliation travail / vie privée de vos collaborateurs, voici quelques exemples d’actions à mettre en place :
    Respecter le droit à la déconnexion : élaborer une charte de droit à la déconnexion, respecter les temps de repos, encourager vos collaborateurs à avoir une utilisation raisonnée des outils numériques, les sensibiliser à l’hyperconnexion, etc.
    Veiller à la charge de travail de vos collaborateurs : mettre en place des indicateurs de suivi pour observer si la charge de travail de vos collaborateurs est ponctuelle ou récurrente et si elle est bien répartie dans le temps et entre les travailleurs.
    Optimiser les conditions de travail : accorder des journées de télétravail, proposer des horaires de travail flexibles, fixer des horaires de réunions compatibles avec la vie familiale, instaurer la semaine de 4 jours, informer vos collaborateurs le plus en amont possible de leur planning ou de tout changement à venir…

    Mettre en place un programme anti-stress

    Limiter le stress au travail en proposant un programme anti-stress à vos collaborateurs est également une solution incontournable pour prévenir et anticiper les risques psychosociaux. Comme le souligne le ministère du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, « Il n’y a pas de bon stress. Le stress au travail n’est pas un mal nécessaire ». En effet, le stress chronique est un véritable fléau pour la santé des collaborateurs. Pour plus de détails à ce sujet, n’hésitez pas à consulter notre article Le stress au travail.

    Voici quelques exemples d’activités à mettre en place pour limiter le stress au travail :
    Des activités sportives pour aider vos collaborateurs à décompresser, s’aérer l’esprit, se défouler et évacuer toutes les tensions.
    Des ateliers bien-être pour offrir à vos collaborateurs l’opportunité de se ressourcer, de regagner en énergie, de lâcher prise et de vivre pleinement le moment présent.
    Des conférences pour aider vos collaborateurs à mieux comprendre, appréhender et gérer le stress au quotidien.

    Développer une culture d’entreprise bienveillante

    Développer une culture d’entreprise axée sur la bienveillance contribue à créer un environnement de travail agréable et positif, où vos employés se sentent valorisés et soutenus. Cette culture favorise également des relations professionnelles de qualité et renforce la cohésion entre vos collaborateurs.

    Pour créer une culture d’entreprise bienveillante, voici quelques pistes :
    Bannir les violences internes et externes : intervenir lors de conflits, éviter de créer de la concurrence entre vos collaborateurs, former vos équipes à la gestion des situations tendues, etc.
    Adopter la communication non violente (CNV) : utiliser l’écoute active, communiquer sans interpréter ni émettre de jugements, formuler des demandes de façon positive, simple, claire, précise et explicite, etc.
    Créer un environnement professionnel équitable et éthique : garantir l’équité salariale, avoir un processus de recrutement transparent, mettre en place des politiques antidiscrimination, etc.
    Promouvoir un management bienveillant : encourager une gestion axée sur l’empathie, le respect, la reconnaissance, le développement professionnel et la collaboration.

    Vous souhaitez prévenir les risques psychosociaux au sein de votre entreprise ? Yoburo peut vous accompagner dans cette démarche en vous proposant de nombreuses solutions QVT :
    Des conférences : prévenir les RPS, la santé mentale au travail, la gestion des émotions, la communication non violente, le droit à la déconnexion, l’équilibre vie pro / vie perso
    Des activités sportives : yoga, Pilates, renforcement musculaire, cardio boxing, Tai-Chi, Qi Gong, circuit training, stretching, etc.
    Des ateliers bien-être : méditation, sophrologie, yoga du rire, massages, atelier de gestion du stress

    Nous nous adaptons à votre secteur d’activité, vos envies et besoins pour vous proposer un programme QVT sur mesure ! Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • 4 conseils pour prévenir les troubles musculo-squelettiques au travail

    Sensibiliser vos collaborateurs aux TMS

    Pour prévenir les troubles musculo-squelettiques sur le lieu de travail, vous pouvez organiser des conférences et des formations pour aider vos collaborateurs à :
    • acquérir une meilleure compréhension des causes, symptômes et conséquences des TMS ;
    • apprendre les techniques d’échauffement préalable à l’exercice de leur activité professionnelle ;
    • adopter les bonnes pratiques gestuelles et posturales pour accomplir en toute sécurité leurs tâches professionnelles…

    Optimiser l’ergonomie des postes de travail et fournir des équipements adaptés

    Optimiser l’aménagement des postes de travail avec des équipements adaptés aux besoins et aux caractéristiques physiques de vos collaborateurs permet de limiter les positions incommodes et de prévenir les troubles musculo-squelettiques au sein de votre entreprise.

    Voici quelques exemples d’actions concrètes à mettre en place :
    Aménager les postes de travail sur écran en fonction des caractéristiques physiques de chaque collaborateur.
    • Fournir des vêtements thermiques aux collaborateurs exposés au froid.
    • Équiper les collaborateurs de chariots à roulettes ou de dispositifs de levage assisté pour faciliter la manipulation de charges lourdes.
    • Installer des tapis anti-fatigue aux postes où les employés doivent rester en position debout pendant de longues périodes…

    Repenser l’organisation du travail

    La prévention des TMS passe également par une réévaluation stratégique de l’organisation du travail. Voici quelques pistes à envisager pour améliorer les conditions de travail de vos collaborateurs :
    • diversifier les tâches de vos collaborateurs ;
    • effectuer une rotation des postes ;
    • automatiser les tâches répétitives ;
    • alléger le rythme et l’intensité de certaines tâches ;
    • instaurer des temps de repos suffisants pour favoriser une récupération optimale…

    Organiser des activités physiques et des ateliers bien-être

    Pour prévenir les troubles musculo-squelettiques au travail, vous pouvez organiser des activités physiques et des ateliers bien-être adaptés aux besoins de vos collaborateurs.

    Voici quelques exemples d’activités pour préserver la santé de vos collaborateurs :
    • Des séances d’étirement, d’échauffement et de réveil musculaire pour préparer physiquement et mentalement vos collaborateurs à leur prise de poste.
    • Du yoga ou du Pilates pour renforcer la musculature, réduire les tensions, améliorer la souplesse et limiter les positions statiques prolongées.
    Des massages pour soulager les tensions musculaires, améliorer la circulation sanguine, offrir une pause bien-être propice à une récupération optimale…

    Pour conclure

    Les troubles musculo-squelettiques sont des maladies professionnelles qui affectent tous les secteurs d’activité. Pour limiter les conséquences néfastes des TMS (dégradation de la santé et de la qualité de vie des collaborateurs, augmentation des accidents de travail, du taux d’absentéisme, du turnover…), il est essentiel pour les entreprises de mettre en place des actions de prévention.

    Pour prévenir efficacement les troubles musculo-squelettiques au travail, nous proposons de nombreuses solutions QVT :
    • Des activités physiques et des ateliers bien-être : réveil musculaire, étirements, échauffements, atelier gestes et postures, massages, yoga, Pilates, etc.
    • Une conférence : Se prémunir des TMS.
    • Des événements : Semaine de la QVT, Safety Day

    Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • 4 conseils pour bien commencer l’année

    Mettez-vous à jour dans votre travail

    Pour une reprise en douceur, prenez le temps d’échanger avec vos collègues et responsables afin de vous informer sur les événements qui ont eu lieu pendant votre absence. Avant de commencer vos tâches professionnelles, assurez-vous d’être pleinement informé sur les éléments suivants :
    • l’état d’avancement des projets en cours ;
    • les rendez-vous importants à venir ;
    • les échéances à respecter ;
    • les éventuelles nouveautés au sein de l’entreprise…

    Cette démarche vous permettra de vous réadapter rapidement au rythme de votre travail et d’aborder vos tâches professionnelles de manière organisée et proactive.

    Adoptez une routine saine et épanouissante

    Pour bien commencer l’année, il est également important d’avoir une routine de vie saine et épanouissante. Voici quelques conseils pour y parvenir :
    • dormez suffisamment ;
    • optez pour des repas sains et équilibrés ;
    • pratiquez une activité physique régulière ;
    • conservez un équilibre entre votre vie personnelle et professionnelle ;
    • prenez du temps pour vous…

    En adoptant une routine saine et épanouissante, vous prendrez soin de votre bien-être physique et mental, vous permettant ainsi d’aborder ce début d’année avec positivité et sérénité.

    Pour davantage de conseils à ce sujet, nous vous invitons à consulter les articles suivants :
    6 conseils pour bien dormir
    6 conseils pour avoir une alimentation saine et équilibrée
    3 conseils pour équilibrer votre vie professionnelle et personnelle

    Optimisez votre organisation

    Profitez de cette nouvelle année pour revoir votre manière de travailler et identifier les aspects de votre organisation susceptibles d’être améliorés. Voici quelques pistes d’action à explorer pour optimiser votre organisation :
    • Planifiez les tâches qui demandent une grande concentration aux heures où vous êtes le plus productif.
    • Expérimentez de nouvelles méthodes de travail pour améliorer votre productivité, telles que la méthode Pomodoro, la méthode 52/17, la méthode des sessions de 90 minutes, etc.
    • Utilisez des nouveaux outils numériques et applications de gestion de tâches qui correspondent le mieux à vos besoins et à votre style de travail…
    En prenant le temps d’optimiser votre manière de travailler, vous serez mieux préparé pour faire face aux défis.

    Pour avoir plus de conseils pour optimiser votre organisation, n’hésitez pas à lire notre article 6 conseils pour être efficace au travail.

    Évitez de vous surcharger

    Ne vous laissez pas décourager par la masse de travail qui vous attend en cette période. Concentrez-vous sur l’essentiel et priorisez chacune de vos tâches. Par ailleurs, pour limiter le stress et faire face aux imprévus, veillez à ne programmer que 60 % de votre temps de travail. Cette approche vous permettra de conserver une marge de manœuvre pour gérer les imprévus tout en maintenant une charge de travail raisonnable et gérable.

    Vous êtes une entreprise et souhaitez prendre soin de la santé mentale de vos collaborateurs ? Yoburo peut vous accompagner dans cette démarche QVT en vous proposant des conférences, ateliers et activités bien-être sur mesure. Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • 7 tendances QVCT à suivre en 2024

    Favoriser l’équilibre vie professionnelle et vie personnelle

    De nos jours, le travail occupe une place moins centrale qu’auparavant. Les salariés aspirent désormais à un équilibre plus harmonieux entre leur vie personnelle et professionnelle, car celui-ci est essentiel à leur bien-être. En effet, un travail qui empiète trop sur la vie privée
    des collaborateurs peut avoir des conséquences néfastes sur leur santé mentale et leurs performances professionnelles (anxiété, stress, troubles de l’humeur, insomnies, burnout, baisse de productivité, démotivation, etc.).

    Pour favoriser l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle des collaborateurs, nous proposons aux entreprises :
    • Une conférence dédiée à l’équilibre vie pro/vie perso.
    • Une conférence sur le droit à la déconnexion.

    Proposer des activités sportives

    À l’approche des Jeux Olympiques de 2024, le sport en entreprise devient une tendance QVCT incontournable. Le ministère des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques encourage en effet fortement les entreprises françaises à proposer des activités sportives et physiques à leurs salariés. Cette action QVCT vise principalement à préserver et améliorer la santé physique et mentale des salariés (lutter contre la sédentarité et l’obésité, prévenir les maladies cardiovasculaires, réduire le stress professionnel…).

    Pour promouvoir l’activité physique en entreprise, nous proposons une gamme variée 
    d’activités sportives : yoga, Pilates, renforcement musculaire, cardio boxingTai-ChiQi Gong, circuit training, stretching, etc.

    Prendre soin de la santé mentale des salariés

    La santé mentale en milieu professionnel a fréquemment été minimisée et demeure encore trop souvent négligée. Pourtant, elle représente aujourd’hui un enjeu majeur de la qualité de vie au travail auquel les entreprises doivent accorder une attention particulière afin de garantir le bien-être et la performance de leurs salariés. Investir dans la santé mentale des collaborateurs contribue à créer un environnement professionnel empreint d’humanité.

    Pour prendre soin de la santé mentale des collaborateurs, nous proposons aux entreprises :
    • Des conférences abordant des thèmes tels que la santé mentale au travail, la prévention des risques psychosociaux, le lâcher-prise, la gestion des émotions, etc.
    • Des ateliers bien-être : méditationsophrologieyoga du riremassagesatelier de gestion du stress

    Développer une culture d’entreprise inclusive et diversifiée

    La diversité et l’inclusion ne sont plus de simples objectifs, mais des impératifs. En 2024, il est en effet essentiel de créer un environnement professionnel équitable et éthique où chaque individu, indépendamment de ses origines, de ses caractéristiques personnelles, de ses croyances ou de son identité, se sent non seulement accepté, mais également valorisé et respecté. Les entreprises doivent mettre en place des politiques et des pratiques visant à éradiquer les discriminations, les stéréotypes et les traitements inégaux.

    Pour développer une culture d’entreprise inclusive et diversifiée, nous organisons des ateliers et des conférences en lien avec des événements annuels qui mettent en avant l’inclusivité, tels que la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH), la Journée internationale des femmes, etc.

    Favoriser le développement personnel

    Mettre en place des actions qui favorisent le développement personnel des collaborateurs est une tendance QVCT majeure de 2024. En effet, les soft skills (compétences comportementales) sont des atouts indispensables pour assurer le bon fonctionnement des entreprises. Le renforcement de ces compétences permet aux collaborateurs d’optimiser leur potentiel (meilleure capacité à relever des défis et à viser des objectifs ambitieux, à prendre des initiatives, à faire preuve de créativité, à gérer efficacement les imprévus et les changements organisationnels, à résister au stress et à la pression…).

     Pour favoriser le développement personnel des salariés, nous proposons aux entreprises de nombreuses conférences dédiées à ce sujet : bien-être et confiance en soi, mieux gérer son temps, gagner en efficacité

    Aménager des espaces de travail innovants

    Repenser la conception et l’utilisation des espaces de travail est une démarche nécessaire pour rester en phase avec les évolutions de notre époque. Cette initiative vise à offrir un cadre de travail agréable et adapté aux besoins des salariés. Des espaces de travail bien aménagés et modernes contribuent à améliorer le bien-être des salariés, à stimuler leur créativité, à optimiser leur efficacité, etc. Cette action QVCT favorise un environnement professionnel dynamique, propice à la productivité et à l’épanouissement des collaborateurs.

    Pour prévenir les troubles musculo-squelettiques (TMS) et améliorer le confort des collaborateurs, nous proposons aux entreprises :
    • Une conférence pour prévenir les TMS ainsi qu’une conférence pour améliorer l’ergonomie d’un poste de travail sur écran.
    • Un atelier de posturologie.

    Promouvoir un management collaboratif

    Le management collaboratif permet d’éliminer les barrières entre responsables, cadres et personnel pour favoriser le travail collectif. L’objectif central de cette approche QVCT est de créer un environnement de travail propice à la collaboration, à la participation et à la contribution active de chaque membre. Pour s’épanouir professionnellement et s’investir pleinement dans les objectifs de l’entreprise, les collaborateurs ont en effet besoin de se sentir utiles, de constater que leurs compétences et leurs actions contribuent au développement et à la réussite de l’entreprise.

    Nos solutions pour favoriser un management collaboratif en entreprise :
    • Une conférence sur la communication non violente (CNV) en milieu professionnel.
    • Une conférence sur le management et l’organisation des équipes en télétravail.

    Vous êtes une entreprise et souhaitez améliorer la qualité de vie et les conditions de travail de vos collaborateurs ? Yoburo peut vous accompagner dans cette démarche !
    Depuis 2017, nous accompagnons les entreprises à améliorer le bien-être et la qualité de vie au travail de leurs employés. Nous concevons et organisons des programmes QVCT sur mesure pour répondre aux besoins de chaque entreprise. Nos services sont disponibles partout en France en présentiel ou à distance. Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • QVCT : 4 actions pour améliorer la qualité de vie et des conditions de travail

    Favoriser le droit à la déconnexion

    Le droit à la déconnexion est une mesure, issue de la loi El Khomri, qui stipule qu’un salarié a le droit de ne pas être connecté à ses outils numériques professionnels et de ne pas être joignable par son entreprise en dehors de ses horaires de travail.

    Actions à mettre en place pour favoriser le droit à la déconnexion :

    Sensibiliser vos collaborateurs au droit à la déconnexion.
    Permettre aux collaborateurs d’acquérir une compréhension approfondie de ce droit et prévenir les risques liés à l’hyperconnexion.
    Exemples d’actions : Organiser une conférence ou une formation avec un expert dans ce domaine.

    Encourager vos collaborateurs à avoir une utilisation raisonnée des outils numériques.
    Aider vos collaborateurs à adopter de bonnes pratiques digitales.
    Exemples d’actions : Inciter vos collaborateurs à désactiver leurs notifications professionnelles pendant leur temps de repos, activer les messages automatiques d’absence durant leurs congés…

    Créer une culture d’entreprise fondée sur la déconnexion.
    Encourager vos collaborateurs à se déconnecter de leurs outils numériques professionnels.
    Exemples d’actions : Interdire les réunions en dehors des heures de travail, respecter les temps de repos de vos collaborateurs, instaurer des journées sans e-mails…

    Élaborer une charte de droit à la déconnexion.
    Favoriser l’application du droit à la déconnexion.
    Exemples d’actions : Dans votre charte, vous pouvez indiquer la définition, les objectifs ainsi que les modalités de l’exercice de ce droit, les actions de sensibilisation et de formation menées par votre entreprise…

    Pour en savoir plus sur ce sujet, nous vous invitons à lire les articles suivants :
    Le droit à la déconnexion.
    Mettre en place le droit à la déconnexion.

    Lutter contre la sédentarité

    La sédentarité est « une situation d’éveil caractérisée par une dépense énergétique faible, en position assise ou allongée » (définition l’Anses).
    La sphère professionnelle est l’une des principales causes de la sédentarité chez les adultes. La sédentarité au travail est donc une réalité préoccupante qui peut avoir de lourdes conséquences sur la santé physique et mentale des collaborateurs.

    Actions à mettre en place pour lutter contre la sédentarité au travail :

    Sensibiliser vos collaborateurs aux risques liés à la sédentarité.
    Encourager vos collaborateurs à adopter des habitudes de vie plus actives.
    Exemples d’actions : Organiser une conférence avec un expert dans ce domaine, diffuser de la documentation autour de la sédentarité (newsletters santé, e-mails, affiches…), etc.

    Organiser des activités sportives et des ateliers bien-être.
    Inciter vos collaborateurs à pratiquer une activité physique régulière.
    Exemples d’actions : Organiser des séances de cardio-boxing, renforcement musculaire, Pilates, yoga sur tapis, Qi Gong

    Équiper vos collaborateurs de matériel anti-sédentarité.
    Limiter les positions statiques prolongées et encourager vos collaborateurs à pratiquer une activité physique tout en travaillant.
    Exemples d’actions : Fournir à vos salariés des bureaux ajustables en hauteur, des ballons de gym, des tapis de marche et des vélos de bureau…

    Pour en savoir plus sur ce sujet, nous vous invitons à lire les articles suivants :
    Qu’est-ce que la sédentarité ?
    Lutter contre la sédentarité au travail.

    Prévenir les troubles musculo-squelettiques (TMS)

    Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont « des affections touchant les structures situées à la périphérie des articulations : muscles, tendons, nerfs, ligaments, bourses séreuses, capsules articulaires, vaisseaux, etc. Les TMS résultent d’un déséquilibre entre les capacités physiques du corps et les sollicitations et contraintes auxquelles il est exposé. » (définition de l’Assurance Maladie.)

    Aujourd’hui, beaucoup de TMS sont reconnus comme étant des maladies professionnelles, car l’activité professionnelle est souvent la cause principale de ces affections.

    Actions à mettre en place pour prévenir les TMS au travail :

    Sensibiliser vos collaborateurs aux troubles musculo-squelettiques.
    Aider vos collaborateurs à mieux comprendre les TMS et à avoir les bons gestes et les bonnes postures pour les prévenir.
    Exemples d’actions : Organiser une conférence ou une formation avec un expert dans ce domaine.

    Aménager les postes de travail de façon ergonomique et fournir des équipements adaptés.
    Offrir des conditions de travail agréables à vos collaborateurs en adaptant leurs équipements à leurs besoins et à leurs caractéristiques physiques.
    Exemples d’actions : Fournir une souris ergonomique, un repose-poignets, un bureau ajustable en hauteur, une chaise avec un dossier et des accoudoirs réglables…

    Repenser l’organisation du travail.
    Limiter les positions incommodes et les gestes répétitifs.
    Exemples d’actions : Diversifier les tâches de vos collaborateurs, effectuer une rotation des postes, automatiser les tâches répétitives, alléger le rythme et l’intensité de certaines tâches…

    Organiser des activités physiques et des ateliers bien-être.
    Renforcer la santé de vos collaborateurs.
    Exemples d’actions : Proposer des séances de réveil musculaire, de posturologie, de massage, d’étirement, d’échauffement…

    Pour en savoir plus sur ce sujet, nous vous invitons à lire les articles suivants :
    Comprendre et prévenir les troubles musculo-squelettiques.
    Prévenir le syndrome du canal carpien.
    Prévenir les cervicalgies en entreprise.

    Limiter le stress au travail

    Pour l’OMS, « le stress lié au travail est l’ensemble des réactions que les employés peuvent avoir lorsqu’ils sont confrontés à des exigences et à des pressions professionnelles ne correspondant pas à leurs connaissances et à leurs capacités et qui remettent en cause leur aptitude à faire face ».

    Actions à mettre en place pour limiter le stress au travail :

    Créer un climat de travail sain.
    Offrir un cadre de travail paisible et agréable à vos collaborateurs.
    Exemples d’actions : Gérer les conflits de façon diplomatique, organiser des activités de team building, avoir de la reconnaissance pour le travail de vos collaborateurs…

    Favoriser l’équilibre entre la vie professionnelle et personnelle.
    Éviter que le travail empiète sur la vie personnelle de vos collaborateurs.
    Exemples d’actions : Adapter les horaires de travail, accorder des journées de télétravail, respecter les temps de repos de vos collaborateurs, éviter la surcharge de travail…

    Organiser des ateliers bien-être et des activités sportives.
    Aider vos collaborateurs à mieux évacuer et gérer le stress.
    Exemples d’actions : Organiser un atelier de gestion du stress, des séances de méditation, respiration, Tai-Chi, circuit training, danse…

    Pour en savoir plus sur ce sujet, nous vous invitons à lire notre article Le stress au travail : le comprendre et le prévenir.

    Pour conclure

    La mise en place d’une démarche QVCT est un véritable atout pour les entreprises. En effet, en améliorant la qualité de vie au travail de leurs collaborateurs, les entreprises améliorent, quant à elles, leur performance globale.

    Vous souhaitez améliorer la qualité de vie au travail de vos collaborateurs ?
    Yoburo peut vous accompagner dans cette démarche en vous proposant des activités physiques, des conférences et des ateliers bien-être adaptés à vos besoins. Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

    Profitez de la semaine QVCT du 17 au 21 juin 2024 pour découvrir nos solutions !
    Depuis 2017, nous accompagnons les entreprises à concevoir et organiser des programmes QVCT sur mesure. Nos services sont disponibles partout en France en présentiel ou à distance. Pour organiser votre semaine QVCT avec Yoburo, cliquez ici.

  • Deux exercices de Qi Gong à faire au travail

    Dans cet article, Yoburo vous explique le principe de cette discipline et vous propose 2 exercices de Qi Gong à faire au travail pour vous relaxer.

    Présentation du Qi Gong

    Le Qi Gong est un art énergétique ancestral issu de la médecine traditionnelle chinoise. C’est une gymnastique douce et lente qui amène à un état de bien-être global. Cette discipline chinoise apporte de nombreux bienfaits au corps, à l’esprit et à la santé. Pour en savoir plus, Yoburo vous invite à lire l’article suivant : Le Qi Gong et ses bienfaits.

    Le Qi Gong repose sur 3 principes :
    • des mouvements du corps lents et détendus ;
    • des techniques de respiration synchronisées avec les gestes ;
    • une éducation à la concentration.

    Cette activité physique est basée sur 20 mouvements essentiels :
    • 5 mouvements généraux qui éveillent les 5 sens de l’énergie.
    • 5 mouvements pour la partie Ciel : la tête, le cou, les épaules et le haut du dos.
    • 5 mouvements pour la partie Homme : le tronc, la colonne vertébrale et le bassin.
    • 5 mouvements pour la partie Terre : les hanches et les membres inférieurs.

    Exercices de Qi Gong à faire au travail pour se relaxer

    Pour vous donner un aperçu de cette pratique, Yoburo vous propose, ci-dessous, 2 mouvements de Qi Gong faciles à faire au travail.

    1er mouvement : Le ciel et la terre communiquent

    Position de départ
    Placez-vous debout, les bras le long du corps, les jambes droites et écartées à la largeur de vos épaules, les pieds parallèles. Votre corps doit être détendu, souple et relâché.

    Lorsque vous inspirez 

    1re étape : Tournez les paumes de vos mains vers le ciel, puis levez doucement vos bras sur  les côtés en veillant à garder vos coudes relâchés.

    2e étape : Lorsque vos bras arrivent à la hauteur de vos épaules, portez votre regard  légèrement vers le haut tout en continuant de lever les bras vers le ciel.

    3e étape : Une fois que vos bras sont à la verticale, rentrez légèrement le menton et tournez  les paumes de vos mains vers la terre.

    Lorsque vous expirez

    1re étape : Descendez doucement vos bras devant vous, les paumes de vos mains toujours dirigées vers le bas.

    2e étape : Lorsque vos bras arrivent à la hauteur de vos épaules, fléchissez légèrement les
    genoux tout en veillant à garder votre dos droit. Continuez de descendre vos bras jusqu’à votre nombril.

    3e étape : Relâchez vos poignets et tournez à nouveau les paumes de vos mains vers l’extérieur pour revenir à la position initiale afin de recommencer cet exercice. Vous pouvez répéter cet exercice 5 fois avant de passer au 2e mouvement.

    Pour mieux visualiser cet exercice, n’hésitez pas à regarder cette vidéo explicative : cliquez ici.

    2e mouvement : Le feu et l’eau s’harmonisent

    Position de départ
    Placez-vous debout, les jambes droites et écartées à la largeur de vos épaules, les pieds parallèles. Avec vos bras, formez un cercle devant votre nombril en tournant les paumes de vos mains vers le ciel.

    Lorsque vous inspirez

    1re étape : Fléchissez légèrement les genoux et montez lentement vos mains en face de votre poitrine (en veillant à toujours former un cercle avec vos bras).

    2e étape : Tournez les paumes de vos mains face à vous, puis ramenez-les jusqu’à votre poitrine.

    Lorsque vous expirez

    1re étape : Tournez les paumes de vos mains vers le sol, puis descendez-les à nouveau jusqu’à votre nombril tout en redressant vos jambes.

    2e étape : Tournez à nouveau les paumes de vos mains vers le ciel pour revenir à la position initiale afin de recommencer cet exercice.

    Vous pouvez répéter cet exercice 5 fois avant de reprendre sereinement votre travail.

    Pour mieux visualiser cet exercice, n’hésitez pas à regarder cette vidéo explicative : cliquez ici.

    Vous êtes une entreprise et êtes intéressé par cette pratique ?
    Yoburo organise des séances de Qi Gong au sein des entreprises pour améliorer et renforcer la QVT des collaborateurs. Nos professeurs sont des professionnels qualifiés qui s’adaptent parfaitement à vos besoins, vos objectifs et vos envies, mais aussi à ceux de vos collaborateurs. Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Prévenir les cervicalgies en entreprise

    Dans cet article, Yoburo vous présente les cervicalgies et vous donne quelques conseils pour les prévenir en entreprise.

    Qu’est-ce que les cervicalgies ?

    Comprendre les cervicalgies

    Les cervicalgies sont des douleurs localisées au niveau de la nuque et du cou. Ces douleurs peuvent avoir différentes origines : tensions musculaires, lésions des nerfs, inflammations des ligaments ou des tendons, etc.

    Les cervicalgies sont des troubles musculo-squelettiques (TMS) très fréquents. En effet, « environ 2/3 de la population française serait concernée dans sa vie par un épisode douloureux du cou. De plus, environ une personne sur cinq a présenté un épisode de cervicalgie de plus de 30 jours dans l’année écoulée » (source : ameli.fr).

    Il existe 3 types de cervicalgies :

    • Les cervicalgies dites « communes » et le torticolis qui surviennent en dehors d’un traumatisme et en l’absence de maladie pouvant être à l’origine des douleurs.
    • Les cervicalgies causées par un traumatisme cervical.
    • Les cervicalgies symptomatiques résultant d’une maladie.

    Dans la suite de cet article, nous nous focaliserons uniquement sur les cervicalgies communes.

    Les symptômes des cervicalgies

    Voici les principaux symptômes des cervicalgies communes :

    Des douleurs, raideurs et tensions musculaires au niveau du cou, du haut du dos et des épaules ;
    • Des maux de tête ;
    Une difficulté à bouger le cou et la tête en cas de torticolis ;
    De la fatigue…

    Les causes des cervicalgies

    Voici les causes les plus courantes des cervicalgies communes :

    • Une mauvaise posture : maintenir une posture incorrecte, en particulier pendant des périodes prolongées, peut causer des tensions musculaires et des douleurs dans la région cervicale.
    Le stress : il peut provoquer des tensions musculaires excessives au niveau du cou et des épaules.
    La sédentarité : le manque d’exercice physique et de mouvement peut affaiblir les muscles du cou et des épaules.
    • L’arthrose cervicale : c’est une affection courante qui peut causer des douleurs cervicales et une raideur articulaire.
    • Un mouvement brusque : un mouvement rapide et violent de la tête peut entraîner une tension musculaire au niveau du cou.

    Les conséquences des cervicalgies en entreprise

    Les cervicalgies peuvent avoir des conséquences significatives sur la santé et le bien-être des collaborateurs, ainsi que sur la productivité et la rentabilité des entreprises. En voici quelques exemples :

    • Augmentation de l’absentéisme : les cervicalgies peuvent entraîner des absences répétées au travail, ce qui peut engendrer des coûts importants pour les entreprises en termes d’arrêts de travail et de remplacements des collaborateurs absents.


    • Dégradation de la santé et du bien-être des collaborateurs : les douleurs et gênes liées aux cervicalgies peuvent détériorer la qualité de vie des collaborateurs et affecter leur motivation, leur épanouissement ainsi que leur engagement professionnel.

    • Baisse de la productivité : ce trouble musculo-squelettique peut affecter la concentration, la mobilité et la capacité de travail des collaborateurs, entraînant ainsi une baisse de la productivité pour les entreprises.

    Comment prévenir les cervicalgies en entreprise ?

    Ci-dessous, vous trouverez quelques conseils faciles à mettre en place pour prévenir les cervicalgies en entreprise.

    Former les collaborateurs à la prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS)

    Organiser des conférences et des formations sur les troubles musculo-squelettiques permet aux collaborateurs :

    • de mieux connaître et comprendre les conséquences des TMS sur leur santé physique et mentale ;
    • d’apprendre les techniques d’échauffement préalable à l’exercice de leur activité professionnelle ;
    • d’adopter les bonnes pratiques gestuelles et posturales pour accomplir efficacement leurs tâches professionnelles…

    Aménager les postes de travail de façon ergonomique et fournir des équipements adaptés

    L’aménagement des postes de travail avec des équipements adaptés aux besoins et aux caractéristiques physiques des collaborateurs permet de limiter les positions incommodes et de réduire les risques de TMS, tels que les cervicalgies.
    Pour aménager de façon ergonomique les postes de travail sur écran, nous vous invitons à lire notre article Travail sur écran : comment avoir une posture ergonomique ?

    Favoriser les pauses actives

    Pour prévenir les douleurs cervicales causées par des positions statiques prolongées, les entreprises doivent veiller à encourager les collaborateurs à prendre régulièrement des pauses actives pour soulager les tensions accumulées dans les muscles du cou et des épaules (se lever, se déplacer, monter et descendre des escaliers, s’étirer…).

    Organiser des activités physiques et des ateliers bien-être

    Pour prévenir les cervicalgies, les entreprises peuvent organiser des activités physiques et des ateliers bien-être adaptés aux besoins de leurs collaborateurs. Par exemple :

    • Des exercices d’étirement, d’échauffement et des séances de réveil musculaire pour détendre les articulations, améliorer la souplesse et renforcer les muscles du cou.
    • Des séances de yoga ou de Pilates pour renforcer la musculature cervicale, réduire les tensions au niveau du cou, évacuer le stress et limiter les positions statiques prolongées.
    • Des massages pour soulager les tensions musculaires et améliorer la circulation sanguine dans le cou et les épaules.
    • Des séances d’ostéopathie ou de kinésithérapie pour corriger les déséquilibres musculaires, traiter les douleurs cervicales, améliorer la mobilité du cou…

    Pour conclure

    De nombreuses solutions de prévention santé peuvent être mises en place en entreprise pour combattre les cervicalgies ainsi que les autres troubles musculo-squelettiques.

    Pour prévenir les TMS en entreprise, Yoburo propose de nombreuses solutions santé :
    • Des activités physiques et des ateliers bien-être : réveil musculaire, étirements,
    échauffements, atelier gestes et postures, massages, yoga sur chaise ou sur tapis…
    • Des conférences : se prémunir des troubles musculo-squelettiques et adopter les bonnes
    postures au travail ;
    Des Safety Day et Safety Week, semaine QVT

    Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Le yoga du rire en entreprise

    Dans cet article, Yoburo vous fait découvrir le yoga du rire et vous présente les  bienfaits de cette pratique singulière. 

    Qu’est-ce que le yoga du rire ?

    Le Hasya Yoga, plus communément connu sous le nom de yoga du rire, est une pratique qui  a été inventée en 1995 par le médecin Madan Kataria. Ce dernier a constaté que le rire  apporte de nombreux bienfaits à la santé physique et mentale, même si celui-ci n’est  pas spontané. Le corps ne fait en effet pas de distinction entre un rire spontané et un rire  simulé. Le 13 mars 1995, Madan Kataria a inauguré le premier club de rire dans un parc en  Inde, en présence de quelques personnes seulement. Aujourd’hui, des milliers de clubs de  rire sont recensés dans plus de 115 pays. 

    Une séance de yoga du rire est généralement constituée :  

    • d’échauffements pour préparer mentalement les participants à la séance ; 
    • d’exercices de rire ;  
    • d’exercices de respiration yogique ;  
    • d’un temps de méditation pour clôturer la séance

    Le yoga du rire est une activité accessible à tous qui ne nécessite aucun prérequis. Toutefois, cette activité est déconseillée aux personnes atteintes d’asthme sévère, aux  femmes enceintes de plus de 6 mois et aux personnes ayant eu une opération du ventre  depuis moins de 3 mois.

    Quels sont les bienfaits du yoga du rire en entreprise ?

    Le yoga du rire est une activité bien-être qui apporte de nombreux bienfaits aux  collaborateurs et aux entreprises.

    Préservation de la santé mentale des collaborateurs

    Le yoga du rire aide les collaborateurs à évacuer le stress du quotidien et à avoir un état  d’esprit positif. Pour les entreprises, cela permet de prévenir les risques de fatigue mentale  voire de burnout, de réduire le taux d’absentéisme et de turnover.

    Renforcement de la cohésion entre les collaborateurs

    Le yoga du rire est une activité qui se pratique en groupe. C’est un moment récréatif et  convivial qui crée une bonne entente entre les collaborateurs et qui favorise le sentiment  d’appartenance à un groupe. Cette atmosphère agréable au travail contribue à renforcer  l’esprit d’équipe des collaborateurs, ce qui a un impact positif sur la performance globale  des entreprises.

    Optimisation des performances des collaborateurs

    Le yoga du rire est une pause bien-être qui peut aider les collaborateurs à être plus  productifs, créatifs, attentifs et concentrés dans leurs tâches professionnelles. En proposant  cette activité, les entreprises peuvent ainsi bénéficier de collaborateurs performants et  efficaces dans leur travail.

    Amélioration de la confiance en soi des collaborateurs

    La pratique du yoga du rire peut contribuer à renforcer la confiance en soi des  collaborateurs, favorisant ainsi leur épanouissement professionnel. Pour les entreprises, la  confiance en soi des collaborateurs est un atout majeur, car ils sont plus enclins à prendre  des décisions et des risques calculés, à communiquer efficacement, à développer des  qualités de leadership naturelles, etc.

    Vous êtes une entreprise et souhaitez favoriser le bien-être de vos collaborateurs en  organisant des séances de yoga du rire ? Nous pouvons vous aider en vous proposant des  séances de yoga du rire sur mesure ! Nous nous adaptons à votre secteur d’activité, à vos  besoins et à ceux de vos collaborateurs. Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas  à nous contacter.

  • Lutter contre la sédentarité au travail

    Lutter contre la sédentarité au travail

    La sédentarité au travail est une réalité préoccupante qui peut avoir de lourdes conséquences sur la santé physique et mentale des collaborateurs. Pour prévenir et contrer la sédentarité, il est donc essentiel de mettre en place des mesures adéquates. Dans cet article, Yoburo vous donne quelques conseils pour lutter efficacement contre la sédentarité au travail.

    Pourquoi lutter contre la sédentarité au travail ?

    La sédentarité est « une situation d’éveil caractérisée par une dépense énergétique faible, en position assise ou allongée » (définition de l’Anses).

    Lutter contre la sédentarité au travail est un enjeu majeur de santé, car :

    • Les postures sédentaires prolongées peuvent augmenter le risque de développer des maladies cardiovasculaires, des cancers, du diabète, des problèmes de poids (obésité), des troubles musculo-squelettiques, du stress, de l’anxiété…
    • En France, 95 % des adultes sont exposés à un risque de détérioration de leur santé par manque d’activité physique ou un temps trop long passé assis (source : l’Anses).
    • La sédentarité est la quatrième cause principale de décès prématurés dans le monde (source : OMS).
    • La sphère professionnelle est l’une des principales causes de la sédentarité chez les adultes.

    Pour en savoir plus sur la sédentarité, nous vous invitons à lire l’article suivant : Qu’est-ce que la sédentarité ?

    Comment lutter contre la sédentarité au travail ?

    Pour lutter efficacement contre la sédentarité au travail, nous partageons dans cette partie de nombreux conseils destinés aux collaborateurs et aux entreprises.

    Conseils pour les collaborateurs

    Faire régulièrement des pauses actives

    Pour contrer les effets négatifs de la sédentarité, il est recommandé de faire régulièrement des pauses actives. Voici les temps de pause recommandés :

    • Pour un travail intensif : prendre une pause active de 5 minutes toutes les 30 minutes.
    • Pour un travail dans des conditions classiques : prendre une pause active de 15 minutes toutes les 2 heures.

    Exemples de pauses actives : se promener autour de votre lieu de travail, faire du yoga, monter et descendre des escaliers, faire des étirements, etc.

    Voici quelques exercices simples à réaliser au travail durant vos pauses :

    Adopter de bonnes habitudes de travail

    Pour limiter la sédentarité tout en travaillant, nous vous recommandons de :

    • Passer vos appels professionnels et faire des réunions en marchant ;
    • Changer régulièrement de position de travail en alternant la position assise et debout ;
    • Utiliser de temps en temps un ballon de gym à la place de votre chaise de bureau pour rester en mouvement et tonifier vos muscles ;
    • Mettre un rappel sur votre téléphone pour vous lever et marcher toutes les 2 heures ou toutes les 30 minutes, selon votre intensité de travail…

    Pratiquer une activité sportive régulière

    Pratiquer une activité sportive régulière est l’un des meilleurs remèdes pour préserver votre santé. Pour un adulte de 18 à 64 ans, l’OMS recommande de pratiquer :

    • Une activité physique d’endurance d’intensité modérée pendant au moins 2h30 ou d’intensité soutenue pendant au moins 1h15 par semaine.
    • Des activités de renforcement musculaire d’intensité modérée 2 fois par semaine.

    Profiter du trajet domicile-travail

    Le trajet domicile-travail est l’occasion idéale pour avoir une activité physique et limiter le temps de position statique dans la journée. Pour cela, nous vous recommandons de :

    • Privilégier la marche ou le vélo si vous avez une courte distance à faire.
    • Descendre une station (de métro, bus, tramway…) avant votre lieu de travail ou de garer votre voiture un peu plus loin pour terminer le trajet à pied.

    S’équiper d’objets connectés

    Les montres connectées ainsi que certaines applications de smartphones s’avèrent très utiles pour adopter une routine anti-sédentaire. En effet, ces gadgets vous permettent de :

    • Mesurer votre activité physique pour avoir une vue d’ensemble de vos dépenses énergétiques quotidiennes.
    • Recevoir des rappels pour vous inciter à bouger régulièrement et éviter ainsi les postures sédentaires prolongées.

    Conseils pour les entreprises

    Sensibiliser les collaborateurs aux risques liés à la sédentarité

    Pour prévenir la sédentarité au sein de votre entreprise, vous pouvez mettre en place des actions de sensibilisation, d’information et de formation autour de la sédentarité. Ces actions peuvent inciter vos collaborateurs à adopter des habitudes plus actives favorisant leur santé physique et mentale.

    Exemples d’actions de sensibilisation : une formation pour adopter de bonnes postures au travail, une conférence pour prévenir la sédentarité et les troubles musculo-squelettiques, une communication axée sur les bonnes pratiques à adopter pour prévenir la sédentarité (newsletters santé, e-mails, affiches)…

    Organiser des activités sportives et des ateliers bien-être

    Proposer des activités sportives et des ateliers bien-être en entreprise contribue significativement à réduire la sédentarité au travail. Cette démarche encourage en effet les collaborateurs à prendre soin de leur santé en pratiquant régulièrement une activité physique tout en étant sur leur lieu de travail. Par ailleurs, ces activités QVT apportent de nombreux autres avantages, tels que l’amélioration des performances mentales, la réduction du stress, le renforcement de la cohésion entre les collaborateurs, etc.

    Exemples d’activités sportives et d’ateliers bien être : cardio-boxing, renforcement musculaire, Pilates, yoga sur tapis, yoga sur chaise, posturologie, étirements…

    S’équiper de matériel anti-sédentarité

    Pour contrer les effets néfastes de la position statique au bureau et de la sédentarité, il est possible de recourir à différents accessoires visant à encourager l’activité physique des collaborateurs, tels que :

    • Des bureaux ajustables en hauteur permettant de travailler en position assise ou debout ;
    • Des ballons de gym ;
    • Des tapis de marche et des vélos de bureau adaptés pour pouvoir faire de l’exercice tout en continuant de travailler…

    Vous êtes une entreprise et souhaitez prendre soin de la santé de vos collaborateurs en luttant contre la sédentarité ? Yoburo peut vous accompagner dans cette démarche QVT en vous proposant des activités sportives, des ateliers bien-être et des conférences. Nous nous adaptons à votre secteur d’activité, vos envies et besoins pour vous proposer un programme anti-sédentarité sur mesure ! Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Prévenir le syndrome du canal carpien

    Prévenir le syndrome du canal carpien

    Le syndrome du canal carpien est une maladie professionnelle très fréquente qui peut avoir des conséquences néfastes pour les collaborateurs et les entreprises. Dans cet article, Yoburo vous donne quelques conseils pour prévenir le syndrome du canal carpien en entreprise.

    Pourquoi prévenir le syndrome du canal carpien ?

    Le syndrome du canal carpien est une affection qui engendre principalement des douleurs, picotements et engourdissements au niveau de la main et du poignet. C’est un trouble musculo-squelettique (TMS) qui peut avoir des conséquences néfastes pour les collaborateurs touchés par cette affection, mais aussi pour les entreprises.

    Pour les collaborateurs :

    • dégradation de la santé et de la qualité de vie : gênes et douleurs fréquentes, diminution de la motricité fine, perte d’autonomie…
    • dégradation de la vie professionnelle : difficulté à effectuer certaines tâches, baisse des performances, risque d’inaptitude…

    Pour les entreprises :

    • augmentation des incidents et accidents de travail ;
    • augmentation de l’absentéisme et du turnover ;
    • diminution de la productivité et de la qualité du travail…

    Si vous souhaitez en savoir plus sur cette affection, Yoburo vous invite à lire l’article suivant : Qu’est-ce que le syndrome du canal carpien ?

    Comment prévenir le syndrome du canal carpien en entreprise ?

    Ci-dessous, vous trouverez quelques conseils pour prévenir le syndrome du canal carpien en entreprise.

    Former les collaborateurs à la prévention des TMS

    Proposer aux collaborateurs des conférences et formations sur les troubles musculo- squelettiques pour :
    • connaitre et comprendre les conséquences des TMS sur la santé ;
    • apprendre à s’échauffer avant la prise de poste ;
    • adopter les bons gestes et les bonnes postures…

    Aménager les postes de travail de façon ergonomique et fournir des équipements adaptés

    Des postes et des outils de travail adaptés aux besoins et aux caractéristiques physiques des collaborateurs limitent les positions incommodes et mouvements potentiellement néfastes pour les mains et poignets. Par exemple :

    aménager un poste de travail sur écran en prenant en compte les caractéristiques physiques de chaque collaborateur (une souris ergonomique, un repose-poignets, etc.) ;
    • fournir un seau essoreur aux agents d’entretien pour qu’ils n’aient pas à essorer manuellement une serpillère…

    Repenser l’organisation du travail

    Les entreprises peuvent revoir leur organisation en mettant en place des actions pour prévenir et limiter l’apparition du syndrome du canal carpien. Par exemple :

    • diversifier les tâches des collaborateurs ;
    • effectuer une rotation des postes ;
    • automatiser les tâches répétitives ;
    • alléger le rythme et l’intensité de certaines tâches ;
    • instaurer des temps de repos suffisant pour récupérer…

    Organiser des séances d’étirements

    Effectuer quotidiennement des étirements des mains et poignets permet également de prévenir le syndrome du canal carpien. En effet, les étirements détendent les articulations, améliorent la souplesse et renforcent les muscles des poignets ainsi que des mains.

    Pour conclure

    Pour prévenir le syndrome du canal carpien ainsi que les autres TMS, Yoburo propose de nombreuses solutions santé aux entreprises :

    des activités physiques et ateliers bien-être : réveil musculaire, étirements, échauffements, atelier gestes et postures…
    • des conférences : se prémunir des troubles musculo-squelettiques et adopter la bonne posture au travail ;
    une formation des référents en interne ;
    • des Safety Day, Safety Week et journées QVT…

    Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.